23/12/2010

Rester maître de ses choix picturaux ?

Sans me poser comme peintre de référence, j'ai envie tout de même de poser quelques ressentis.
Dans l'univers de la peinture contemporaine, des modes surgissent régulièrement qui vont rythmer les critères, de ce qui est bon ou pas, de ce qui donc va se vendre ou pas, de ce que les salons exposeront ou pas.
Comment alors ne pas se laisser influencer, ne pas tomber dans la demande du moment, et dans la solitude de son atelier ... ne pas plonger dans le doute ???

4 commentaires:

  1. C.Francis24/9/10 19:53

    Le temps et la place manquent pour une grande explication aussi serai-je bref. Il ne faut pas sacrifier la peinture à une tradition, une mode. La peinture est un langage duquel jaillissent le ressenti, la personnalité, la sensibilité, l'émotivité et l'émotion. Le peintre n'est pas un technicien mais un créateur, le géniteur d'une idée, d'un partage. La peinture doit rester humaine avec ses doutes, ses joies, ses déceptions parfois. Peindre pour peindre, voilà le secret. On n'impose pas une peinture, on la propose, on ne copie pas une sensation, on l'invente. Chercher à rester dans les marges de l'académisme n'est pas à mon sens le meilleur des choix même si être purement académique résulte de la liberté d'expression et reste très honorable. Peindre c'est exhaler un souffle personnel avec "une touche personnelle", avec une accumulation de bric et de broc, d'astuces, de vécu. Là est la vraie peinture. Peindre c'est mettre tout cela sur une toile et mettre la toile entre soi et le public et non mettre le peintre en avant. Votre travail me plait... Au plaisir de correspondre avec vous.

    RépondreSupprimer
  2. Francis, vous avez, magnifiquement, développé ce que j'avais, modestement, soulevé.
    J'aime votre réponse, elle me conforte dans une démarche que j'essaie de tenir, malgré parfois ... un cruel manque de renvoi !
    Peindre pour peindre, cela conforte que ce soit posé ainsi ... en choix silencieux et non à défaut
    de ...
    Merci infiniment
    Anic

    RépondreSupprimer
  3. vendre, vendre,vendre...est on assuré qu'une peinture (qu'on espère réussie) est une marchandise ordinaire? Vendre est ce un critère qui permet dans un monde qui n'a pas grande connaissance de l'art, de se reconnaître comme un bon peintre? Pense-t-on à ce pauvre tableau élaboré après bien des difficultés vaincues qui va devenir un simple élément décoratif et que plus personne ne regardera?

    RépondreSupprimer
  4. ...vendre une toile peut parfois donner le sentiment qu'elle a été achetée parce qu'elle a été choisie. Choisie , elle, au milieu de tant d'autres. Elle "décorera " peut-être un mur et sera regardée régulièrement par celui ou celle qui l'aura choisie. Pour autant est-ce un critère ???
    Une toile ne peut être, selon moi, une marchandise ordinaire ... et cependant ne peut nous renvoyer l'image de bon peintre .... sous prétexte d'achat. Tout cela est bien complexe !

    RépondreSupprimer